4625f22e-92e0-458b-90fa-578867addd6b.jpg
f9e355b7-cd8c-4005-b472-e2ee2ed0226b.jpg

OUTRE-MER - AUDITION D’EURODOM PAR LA DÉLÉGATION SÉNATORIALE AUX OUTRE-MER

02/12/2021

 

Le jeudi 2 décembre, dans le cadre de l’étude de la Délégation sénatoriale aux Outre-mer sur la place des territoires ultramarins dans la stratégie maritime nationale, les sénateurs membres de la délégation ont auditionné le député européen Stéphane Bijoux (Renew), Joël Destom membre du Comité économique et social européen, ainsi que Benoît Lombrière, délégué général adjoint d’Eurodom, accompagné de Maeva Brunfaut Tarquin, chargée des relations avec le Parlement français.

Cette étude est menée par trois rapporteurs : Marie-Laure Phinéra-Horth (Guyane, RDPI), Annick Petrus (St-Martin, LR) et Philippe Folliot (Tarn, UC).

Le député Stéphane Bijoux a souligné l’importance que revêtent les espaces maritimes pour l’Union européenne et la nécessité que cette dernière collabore avec les territoires d’Outre-mer français. Il appelle donc à la mise en place d’un Pacte Bleu, en parallèle au Pacte Vert européen. Celui-ci se concentrerait sur les enjeux liés au transport maritime et à la pêche avec notamment la décarbonisation du fret et une augmentation de l’attractivité des métiers de la mer.

L’eurodéputé réunionnais s’est également exprimé sur l’importance de porter les priorités ultramarines lors de la Présidence Française de l’Union européenne, soulignant les bénéfices mutuels que peuvent tirer les RUP et l’Union européenne d’une collaboration accrue.

Cette audition a également été l’occasion pour Eurodom d’insister sur l’enjeu majeur que représente le secteur de la pêche pour les Outre-mer, principalement en Guyane et à La Réunion, avec un accent mis sur les problématiques liées au renouvellement des flottes de pêche.

Benoît Lombrière a déploré le blocage qui persiste depuis bientôt quatre ans, malgré les engagements pris par la Commission européenne en décembre 2018 autorisant le versement d’aides d’État pour la modernisation et la construction de navires dans les Régions ultrapériphériques (RUP). Il a donc insisté sur la nécessité de trouver une solution opérationnelle et urgente pour assurer le renouvellement des flottes, ainsi que de renforcer la sécurité juridique des Plans de compensation des surcoûts (PCS).

Il a en outre rappelé le souhait des pêcheurs des Outre-mer de transformer les PCS en un véritable « POSEI-pêche », à l’instar du POSEI dans l’agriculture.

Vous trouverez ici, l’audition complète de la Délégation sénatoriale aux Outre-mer sur la Stratégie nationale maritime et outre-mer.

 

RUP - RÉPONSE À LA CONSULTATION SUR L’ACTUALISATION DU PARTENARIAT STRATÉGIQUE AVEC LA COMMISSION EUROPÉENNE

 

08/11/2021

Les organisations agricoles des RUP françaises, espagnole et portugaises, ont répondu collectivement jeudi dernier à la consultation de la Commission européenne sur la future « Communication 2022 sur les Régions ultrapériphériques comme partenaires clé d’une relance verte, numérique et équitable ».

 

L’actualisation du partenariat s’inscrit notamment dans la continuité du rapport de la Commission européenne de mars 2020 sur la mise en œuvre de sa communication de 2017 relative aux RUP, et de la Résolution du Parlement européen « Vers un renforcement du partenariat avec les régions ultrapériphériques de l’Union » du 14 septembre 2021.

 

La demande principale des organisations agricoles des RUP demeure l’application systématique des principes inscrits à l’article 349 TFUE, qui permet de prendre des mesures spécifiques visant à fixer les conditions de l'application des traités aux régions ultrapériphériques, pour adapter les politiques européennes, internes ou commerciales, aux réalités de ces territoires.

 

En outre, les autres demandes ont été articulées autour de six axes en faveur des régions ultrapériphériques :

 

  • Prise en compte des spécificités des Régions ultrapériphériques (RUP) pour les secteurs agricoles de ces territoires ;

  • Prise en compte de l’iniquité normative en matière de produits phytosanitaires et des besoins en matière de nouvelles techniques génomiques ;

  • Prise en compte des productions des régions ultrapériphériques lors de la négociation des accords commerciaux ;

  • Renforcement de l’autonomie alimentaire des RUP grâce aux contributions des secteurs de la pêche et de l’aquaculture ;

  • Prise en compte des contraintes géographiques des régions ultrapériphériques dans la politique européenne de transport ;

  • Renforcement du dialogue institutionnel entre les régions ultrapériphériques et les institutions européennes.

 

Cette réponse vient étoffer la première contribution écrite envoyée par les mêmes signataires le 9 juin 2021. Désormais la prochaine étape est l’adoption de la communication de la Commission européenne, prévue pour le deuxième trimestre 2022.

RÉUNION – L'EURODÉPUTÉ STÉPHANE BIJOUX VISITE DES EXPLOITATIONS DES FILIÈRES ANIMALES À LA RÉUNION

 

16/10/2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce samedi 16 octobre, quatre éleveurs des filières animales de La Réunion – porc, bovin, lait, volaille –, membres de l'ARIBEV-ARIV, ont accueilli dans leurs exploitations l’eurodéputé réunionnais Stéphane Bijoux, en déplacement sur l’Île.

 

L’élevage réunionnais est organisé en un modèle interprofessionnel unique qui associe producteurs, provendiers, transformateurs, importateurs, distributeurs, collectivités et pouvoirs publics. Il représente ainsi plus de 90% des productions locales concernées : porc, bœuf et lait au sein de l’Association Réunionnaise Interprofessionnelle du Bétail, de la Viande et du lait (ARIBEV) ; volaille et lapin au sein de l’Association Réunionnaise Interprofessionnelle de la Volaille et du lapin (ARIV).

 

Cette visite des exploitations fut notamment l’occasion pour les professionnels de l’élevage de La Réunion de revenir sur les grands sujets débattus récemment dans le cadre de la réforme de la Politique Agricole Commune au niveau européen.

 

Les éleveurs et le député européen Stéphane Bijoux ont évoqué le maintien du POSEI et de son fonctionnement. Il s’agit d’aides couplées à la production dans une logique de projets, pour développer notamment les filières animales faisant face à l’éloignement et l’insularité, avec un modèle unique de développement interprofessionnel au profit des éleveurs et des consommateurs.

 

Dans cette même logique de préservation du modèle interprofessionnel sur les territoires ultramarins, le député européen Stéphane Bijoux et les éleveurs ont également discuté de l’obtention d’une dérogation pour les filières animales de La Réunion visant à étendre les cotisations résultantes des accords interprofessionnels au bénéfice de la production locale à l’ensemble des opérateurs qui interviennent sur le marché, y compris les importateurs. Cette avancée règlementaire obtenue à Bruxelles permettra de sécuriser les filières, mais devrait également leur permettre de poursuivre leur développement afin d’augmenter la sécurité alimentaire du territoire, en installant notamment de nouveaux éleveurs dans un cadre sécurisé.

« Sur le terrain avec les éleveurs de La Réunion pour les encourager et réaffirmer le combat que nous menons pour que l’Europe reste un soutien fort de notre production locale » a déclaré l’élu sur son compte Twitter.

LÉGION D’HONNEUR - GÉRARD BALLY REMET LA MÉDAILLE DE LA LÉGION D’HONNEUR À JEAN-CLAUDE CANTORNÉ

13/10/2021

Le mercredi 13 octobre, Gérard Bally, Délégué Général d’Eurodom, a remis la médaille de la Légion d’honneur à Jean-Claude Cantorné, ancien directeur général du groupe rhumier Bardinet et vice-président de la COFEPP.

 

En parallèle de sa brillante carrière dans le monde des spiritueux, Jean-Claude Cantorné a œuvré pour fédérer les acteurs du rhum des DOM pendant près de 55 ans.

 

Il fonda en 1965 le Syndicat Français du Rhum, dont il fut président, manifestant très tôt un attachement à l’intérêt collectif et un désir d’organiser et de consolider la profession. Il continuera sur cette lancée en fondant l’interprofession du rhum des DOM en 1995, le CIRT-DOM qu’il présidera et vice-présidera alternativement jusqu’en 2020.

 

Il contribua ainsi au lancement de la collaboration entre la filière canne-sucre-rhum et Eurodom et grâce à son travail exemplaire et sa vigilance particulière sur les dossiers primordiaux pour la filière, de nombreuses avancées furent mise en place. Cette collaboration n’a été possible que par les actions fédératrices qu’il entreprit tout aux longs de sa carrière et permit à la profession, grâce à la parfaite cohésion qu’il a su y maintenir, de défendre ses intérêts.

 

On peut lui créditer, notamment, les mises en place de la directive sur la définition des spiritueux en 1989, la directive sur l’harmonisation des accises en 1992 ou encore la décision du Conseil instaurant un différentiel d’accises en faveur du rhum traditionnel des DOM en 1995 pour ne citer que quelques-uns des dossiers sur lesquels Jean-Claude Cantorné aura marqué l’histoire du rhum traditionnel des DROM.

 

Ce sont autant d'avancées pour le bien collectif que lui doivent tous les acteurs de la grande filière canne-sucre-rhum.

1bc45856-b5c9-4fa5-ab86-5cdffb45f605.jpg